Dans la bibliothèque de Suti, il y a

DSC_0103

Le superbe livre de Catherine Legrand: Textiles et Vêtements du Monde, carnet de voyage d’une styliste, Edition Aubanel.

Comme le titre l’évoque, nous suivons le carnet de voyage de Catherine Legrand , qui a eu la grande chance de voyager au Vietnam, Laos, Thaïlande, Orissa, Rajasthan, Gujarat, Mexique, Guatemala, l’archipel Kuna, Rhapsodie roumaine et le Bénin. Chaque page est une voyage! L’auteur nous présente chaque organisation qu’elle a visité pour nous présenter des techniques et des tissus tous magnifiques! Tout est illustré sous forme de croquis, dessins et de superbes photos!

Tout, tout nous a intéressé mais nous avons gardé quelques passages (et aussi par respect des droits d’auteur) des techniques présentées qui sont semblables à celles utilisées par Suti!

L’explication des teintures naturelles, L’auteur nous explique les mélanges de matières naturelles pour trouver les couleurs souhaitées!

Teintures naturelles 2

Explications en relation avec la photo ci-dessus: de gauche à droite – en haut, (1. Indigo étant le premier à gauche en haut)

1. L’indigo provenant de la feuille de l’indigotier, était obtenu par fermentation à froid en faisant macérer des feuilles avec de la chaux et de la mélasse (sucre à l’état pure) pour favoriser la fermentation

2. La racine de la garance donne le rouge, le marron et le violet

3. Le rhizome de curcuma ou l’écorce de grenade produisent le jaune

4. Le noir vient d’une solidation à base de fer obtenue en faisant macérer, dans l’eau additionnée de mélasse, des morceaux de ferrailles, des fers à cheval, pendant une vingtaine de jours jusqu’à fermentation. La solution est ensuite épaissie d’une pâte de graines de tamarinier.

Le vert est le résultat de la superposition sur une base indigo, du jaune provenant de pelures de grenades bouillies additionnées de curcuma.

5. Les graines de tamarinier, réduites en poudre, diluées et portées à ébullition, mélangées avec de l’amidon et de la garance donnent toute une gamme de bruns en ajoutant du sulfate de fer à des teintures, à base de henné, de cachou, de pelures d’oignon, de carthame.

Puis, il y a l’histoire de Abdul Hamid, (photo ci-dessous) teinturier expert de l’indigo. La première étape est de passer le motif sur le tissu à l’aide d’un tampon en bois avec de la dhabu (boue argileuse et chaux). Deuxième étape, teinture du tissu avec l’indigo (feuilles de l’indogotier) et grâce au dhabu on s’apperçoit que les parties blanches ont absorbé la teinture bleue et inversement les parties couvertes de boue sont restées blanches!

DSC_0088

Vous reconnaissez? (Référence à la photo ci-dessous) C’est la technique de la peinture avec tampon en bois, comme pour la collection des sacs de plage de Suti, nous aussi, nous utilisons un bac pour poser la peinture, plus facile à poser puisqu’elle est éparpillée sur une mousse dans le bac.

DSC_0100

Conclusion, non nous ne pouvons pas tout vous montrer de ce magnifique livre (parce que cela prendrait des pages et des pages!) C’est un must à avoir si vous êtes un(e) passionné(e) de tissus!  C’est un compensé de belle choses,  de tissus, de cultures et techniques textiles!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s